DES ALIMENTS QUI MANGENT VOS DENTS

Fait : le sucre et l’acidité sont l’ennemi des dents. Surtout absorbé en excès et en présence d’une hygiène buccale négligée. Pourquoi ramener cela déjà ? Parce que la réalité est alarmante. On en consomme trop, bien au-delà du seuil recommandé par l’OMS. Il en va de même pour les boissons gazeuses ou énergisantes.

Rappelons-nous que le sucre est partout. Et que les bactéries présentes dans la bouche sécrètent, en les digérant, une substance acide qui contribue à déminéraliser l’émail. Voilà la combinaison parfaite pour voir apparaître caries et autres problématiques.

Mais on va vous aider à trouver ces sucres et tous ces aliments nocifs pour les dents.

La chasse aux sucres

Non, ce n’est pas le préambule d’un « jeu de cache » dans une cabane à sucre ! Il s’agit plutôt d’un aparté sur les types d’édulcorants.

En fait pour améliorer notre santé générale autant que buccodentaire, nous devons nous attarder sur les sucres dits « libres » ou « ajoutés ». Ce sont ceux qui « ose » comme le fructose, glucose, dextrose, saccharose, etc., et les autres comme les sirops (maïs, érable, agave, canne), le miel ou la mélasse.

Ainsi, lorsque vous achetez un aliment et que vous relevez un de ces termes dans la liste des ingrédients, d’emblée vous devriez avoir la puce à l’oreille.

5 questions pour savoir si un aliment est cariogène

Un aliment ou une boisson à priori bons pour la santé peut s’avérer nocif pour les dents. Les effets pervers peuvent être dus à la fréquence de consommation, à sa teneur en glucides ou à son taux d’acidité.

Voici quelques pistes qui vous aideront à observer si votre en-cas est aussi sain qu’il y paraît :

      Premièrement et sans surprise, l’aliment contient-il du sucre ajouté ? Si vous vous apprêtez à manger un produit transformé comme un pouding, des craquelins, des confiseries ou des croustilles, il vaut mieux choisir autre chose.
      Ensuite, l’aliment renferme-t-il des glucides de sources naturelles ? Celles-ci sont présentes dans le lait, les féculents, les légumineuses, les fruits et légumes. Possédant généralement une bonne valeur nutritive, ces aliments contiennent tout de même du sucre. À garder en tête.
      Troisièmement, l’amidon. Pour faire court, c’est un glucide complexe pratiquement inoffensif. Toutefois, lorsque cuit à de hautes températures, il est aussi cariogène que le sucre pur. Pour cette raison, on reste loin des craquelins, barres tendres, biscuits commercialisés, etc.
      L’acidité concerne surtout les boissons et les fruits. À l’exception de l’eau, du thé ou des tisanes, tout breuvage est acide, et souvent édulcoré : vins et spiritueux, sodas, boissons pour sportifs et boissons aux fruits, jus de fruits naturels à 100 %. En plus de causer la carie, ces nectars sont susceptibles de provoquer l’érosion dentaire.
      Concernant les fruits, les agrumes, les tomates, les pommes et les légumes marinés sont les plus destructeurs. Toutefois, l’idée n’est pas de cesser d’en manger, mais de miser sur une ration raisonnable.
      Finalement, arrêtez-vous à la texture de l’aliment et la façon dont il sera consommé. S’il est mou et collant comme un caramel ou une pâte de fruits, il sera plus difficile à déloger. De même, s’il s’agit d’un bonbon dur que vous laissez fondre en bouche, la dent sera exposée longuement au sucre. Enfin, si l’aliment est grignoté ou siroté tout au long de la journée, l’émail en subira les contrecoups en raison d’attaques répétées.

Les bons gestes à adopter

Maintenant que vous savez reconnaître les aliments nocifs pour les dents, il n’est pas question d’arrêter de manger !

Voici donc une petite rafale de trucs qui vous aideront à contrecarrer les effets néfastes du sucre :

  • Buvez de l’eau après vos repas et collations pour « rincer » les acides et déloger les débris de nourriture.
  • Privilégiez l’eau, les boissons non édulcorées et les fruits frais aux produits transformés.
  • Évitez le grignotage ou la dégustation lente. Ces actions maintiennent l’acidité dans la bouche.
  • Mangez les aliments sucrés ou amidonnés aux repas. La sécrétion de salive permet de neutraliser le pH de la bouche.
  • Attendez 20 minutes après avoir consommé un aliment ou boisson très acide pour vous brosser les dents. L’émail étant fragilisé, le frottement pourrait s’avérer abrasif.
  • Achetez la nourriture dont la liste ne contient pas ou peu de sucre naturel ou ajouté.

En dernier lieu, nos deux favoris : cuisinez vos plats – vous saurez ce qui les compose – et adoptez une hygiène buccodentaire minutieuse et rigoureuse.

La morale de l’histoire est de faire des choix alimentaires censés et de ne pas tomber dans l’excès. Comme on l’a dit plus haut : le sucre est partout. L’éviter à tout prix relève de l’irréel, soyons raisonnable. De toute façon, une gâterie une fois de temps à autre, ça fait du bien à l’âme…

Le blanchiment dentaire en quelques mots

Certaines dentitions sont naturellement plus blanches que d’autres. Parfois, l’éclat n’est qu’une illusion ; elle dépend de la couleur des lèvres et de la carnation de la peau. Une chose est certaine, aucune dent n’est réellement blanche.

Quoi qu’il en soit, l’industrie du blanchiment dentaire vogue littéralement sur un nuage depuis quelques années. Le nombre de produits en vente libre et de traitements supervisés en cabinet explose !

Mais blanchir les dents, ça implique quoi au juste ?

Un principe chimique actif

En fait, ça implique de mettre en bouche une solution blanchissante à base d’eau oxygénée. C’est le peroxyde d’hydrogène ou de carbamide. C’est un produit chimique utilisé fréquemment dans des articles de consommation courants, incluant les soins capillaires, dentaires et cosmétiques.

Qui dit produit chimique, dit danger potentiel. On s’explique. Le gel de peroxyde « décolore » la dent en détruisant les molécules foncées qui se trouvent à sa surface pour en obtenir de plus claires. Par conséquent, si vous êtes un fervent utilisateur de bandelettes blanchissantes, vous pouvez, à long terme, développer quelques inconforts :

  • Sensibilité dentaire
  • Altération de l’émail ou usure prématurée
  • Irritation des muqueuses

Aussi, saviez-vous que cette procédure n’altère pas la couleur des restaurations ? Ceci signifie que si vous réalisez un blanchiment maison sans consulter votre dentiste, vous constaterez une disparité de couleur entre vos dents nouvellement éclaircies et vos restaurations (facettes, couronne, ponts), qui jusqu’à présent se fondaient à votre dentition naturelle.

Évidemment, la solution facile peut paraître plus avantageuse financièrement et moins contraignante, mais à long terme, c’est un pensez-y-bien !

Un blanchiment professionnel, moins compliqué qu’on ne le pense !

Optez plutôt pour des choix judicieux. Cesser ou limiter le tabagisme, réduire sa consommation de nourriture et de boissons colorées et adopter une saine routine d’hygiène buccale peuvent résolument contribuer à atténuer la coloration des dents. Le nettoyage professionnel périodique peut aussi faire une grande différence. En effet, il permet de retirer la plaque, le tartre et les tâches de la surface de la dent.

Le blanchiment est une solution intéressante dans la mesure où il est effectué avec les bons conseils, et idéalement, s’il est encadré par un professionnel de la santé dentaire.

Dans tous les cas, une telle procédure doit toujours être précédée d’un examen clinique complet, car certaines restrictions subsistent. Par exemple, le gel blanchissant ne doit pas être appliqué sur une dent cariée ou lésée.

Chez Passion Sourire, nous vous offrons le meilleur des deux mondes: un éclaircissement dentaire supervisé par le dentiste, mais non contraignant, puisqu’il donne des résultats en une seule séance. De plus, nous vous remettons des gouttières personnalisées pour effectuer des retouches ponctuelles et conserver le nouvel éclat de votre sourire.

Si la teinte de vos dents vous embête, la première étape est de nous demander conseil. Nous évaluerons ensemble ce qui cause ce changement de couleur et si vous êtes un bon candidat pour cette procédure.